Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


A la City, l'image catastrophique de la France, et le tapis rouge déroulé aux PME françaises:

Publié par philippe piercy sur 5 Octobre 2014, 12:53pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Dans Le Monde du 5/10/2014, extraits d'un article illustrant le rôle des effets de l'image de la France auprès des investisseurs de la City , puis d'un article illustrant l'enjeu de la proximité avec les milieux financiers pour certaines PME françaises:

"Dans l'absolu, une visite à Londres n'est pas la chose la plus désagréable qui soit. C'est ce dont pourrait se convaincre Manuel Valls, qui doit se rendre, lundi 6 octobre, dans la capitale britannique. Alors qu'à Bruxelles il se disait, vendredi, que la France pourrait être contrainte par la Commission européenne de revoir son projet de budget 2015, marqué par un dérapage des comptes publics, quoi de mieux qu'un peu de « dépaysement » ?

(...)

Le point d'orgue de son déplacement sera son discours à Guildhall, le palais au centre de la City, où il doit présenter « la politique de réformes mise en œuvre par le gouvernement français pour rétablir la compétitivité, la croissance et les comptes publics ».

LA FRANCE EST « SCLÉROSÉE, SANS ESPOIR »

Ce programme ne sera pas de tout repos ! Et M.Valls devra faire montre d'une grande capacité de persuasion. Car c'est peu dire que la France inspire du scepticisme côté britannique. Les jugements sur l'économie française y sont très sévères. La France est « l'homme malade de l'Europe », affirme Jeremy Lawson, économiste à Standard Life, une société de gestion. « Ce n'est pas l'homme malade de l'Europe, mais plutôt du monde entier », renchérit Chris Williamson, de Markit, société qui réalise des indices économiques.

La France est « sclérosée, sans espoir et déprimée », a lancé le patron des grands magasins John Lewis, Andy Street, de retour d'un séjour à Paris. « Si vous y avez des investissements, retirez-les vite », a-t-il prévenu devant une assemblée d'hommes d'affaires britanniques.

(...)

Un banquier français, qui travaille également à la City pour une banque allemande, confirme : « L'image de la France ici est vraiment catastrophique. Particulièrement au sein d'une institution allemande. »

UNE ÉCONOMIE BRITANNIQUE « CYCLIQUE »

(...)

Ceux qui connaissent leurs dossiers, et dépassent les clichés, savent que la comparaison entre la France et le Royaume-Uni n'est pas si désavantageuse pour la première. Bien sûr, la croissance en France est au point mort cette année, tandis qu'elle devrait atteindre 3,2 % outre-Manche. Mais le rebond britannique provient en partie d'un effet rattrapage, après une récession beaucoup plus violente.

« N'oubliez pas que l'économie britannique est beaucoup plus cyclique », souligne Stephen King, économiste en chef chez HSBC. Quant au déficit britannique, il demeure autour de 6 % du produit intérieur brut, nettement plus élevé qu'en France. Les dettes publiques des deux pays sont à des niveaux similaires.

Simon Tilford, du Centre for European Reform, un think tank installé à Londres, a écrit une longue note relativisant les problèmes économiques de la France. « Ce n'est pas un pays sclérosé, sinon comment expliquer que les investissements étrangers continuent à affluer ? Mais si le pays déçoit tant, c'est que les attentes envers ce pays sont très fortes. »

« EST-CE QUE LES FRANÇAIS SONT VRAIMENT PRÊTS À CHANGER ? »

(...). En revanche, l'apparente hostilité française à l'encontre des entreprises est considérée comme incompréhensible.

« Mon adversaire, c'est le monde de la finance », la petite phrase de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012 serait inimaginable en Grande-Bretagne. L'impôt à 75 % sur les plus hauts salaires a provoqué l'incrédulité générale, rappelant les années 1970, lorsque l'imposition au Royaume-Uni atteignait 98 % sur la tranche supérieure.

(...)

Eric Albert (Londres, correspondance)

Londres déroule le tapis rouge aux PME françaises

Quand Adaptative, une start-up basée à Toulouse, a commencé à avoir du succès, son fondateur, David Fairand, a eu besoin d'ouvrir une antenne située plus près des grandes liaisons aériennes. « Choisir Paris aurait été le plus naturel. Mais on a préféré aller sur Londres. Cela nous donne beaucoup plus de visibilité. »

Adaptative, petite entreprise de vingt employés, propose une solution technologique aux compagnies aériennes et ferroviaires : plutôt que de distribuer des quotidiens et magazines papier, elle donne accès à leurs clients à la même lecture sur support électronique (smartphone, tablette).

« Notre marché est mondial et j'avais besoin d'être dans une ville internationale. » M. Fairand a frappé à la porte de l'agence d'investissement de Londres London & Partners, qui lui a permis de rencontrer comptables et avocats pour créer sa structure, et lui a loué pour un an un bureau partagé à prix préférentiel.

(...)

« CULTURE DE LA DÉCISION »

L'histoire de Jean Dussetour est différente, mais le résultat est le même : il a développé son entreprise à Londres. Le patron d'Headoo, start-up basée à Paris qui propose des solutions de marketing sur réseaux sociaux, avait besoin de lever des fonds. « En France, quand votre chiffre d'affaires est inférieur à un million d'euros, les fonds de capital-risque vous disent de revenir plus tard. »

Cet ancien banquier est allé voir un de ses amis dans une grande institution financière de Canary Wharf, le quartier d'affaires londonien. « Il a appelé quelques-uns de ses collègues, qui sont passés me voir les uns après les autres, vingt minutes chacun. A la fin de la journée, j'avais levé 300 000 euros. » Ces banquiers ont mis leur argent à titre personnel et lui ont demandé d'ouvrir une filiale à Londres. « Il y existe une culture de la décision rapide et un environnement favorable pour réussir. »

A la City, l'image catastrophique de la France, et le tapis rouge déroulé aux PME françaises:

Commenter cet article

Archives

Articles récents