Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Detroit by Air Photographs by Alex S. MacLean

Publié par philippe piercy sur 12 Décembre 2014, 20:36pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun, #Hypokhâgne

Un impressionnant site de photographies aériennes de la Motown devenue l'archétype de la shrinking city, mais aussi un symbole de l'activité créative, des expériences sociales, notamment depuis la crise de 2008-9.

le lien:

http://www.nytimes.com/interactive/2014/12/07/opinion/sunday/exposures-detroit-by-air-alex-maclean.html

La ville est officiellement sortie de la faillite dans laquelle elle s'était placée en Juillet 2013.

Bon exemple des opportunités pour des invstisseurs immobiliers, celui de Fernando Palazuelo, investisseur espagnol spécilaisé dans la restauration de bâtiments industriels en ruine, en Espagne, puis , après sa ruine en 2008-9, en Amérique du Sud et récemment à Detroit où il achète l'ancienne usine Packard; portrait dans le Monde http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/11/22/fernando-palazuelo-le-conquistador-de-detroit_4527695_3234.html?xtmc=faillite_detroit&xtcr=4

A compléter avec les publications de Flaminia Paddeu: Faire face à la crise économique à Detroit : les pratiques alternatives au service d’une résilience urbaine ? dans l'Information Géographique n°4/2012

extrait: Les pratiques économiques alternatives à Detroit prennent la forme de pratiques
locales, aux moyens modestes, à la limite de la légalité, mises en place
par des organisations communautaires à but non lucratif par nécessité face à
la crise. Émanant de courants différents – plus ou moins orientés vers des problématiques
raciales, spatiales, écologiques, technologiques etc. – et abordant
par là-même de nombreux champs de la vie quotidienne, elles répondent aux
conséquences de la crise économique et urbaine qui touche Detroit. D’abord,
à l’échelle individuelle, à la pauvreté des habitants ; ensuite, à l’échelle de la
ville, à l’impossibilité de la municipalité à assurer un certain nombre de services
urbains comme le transport, le ramassage des ordures, le démantèlement des
maisons en ruine etc. Elles remplissent alors un vide laissé par la municipalité
de Detroit. Si la société civile à l’échelle locale est capable d’être réactive et
innovante, elle ne se heurte pas moins à l’ampleur du problème : il ne s’agit pas
de sauver un quartier en crise urbaine, mais une ville en crise urbaine, abritant
de surcroît 700 000 habitants.

voir aussi: http://www.bastamag.net/Detroit-laboratoire-du-monde-d

une bonne enquête ainsi introduite:

La ville de Détroit, symbole du capitalisme et de l’industrie automobile, n’est plus que l’ombre d’elle-même. En cinq ans, ses habitants ont subi une brutale décroissance forcée : un taux de chômage exorbitant, un exode urbain sans précédent, des services publics délabrés. Pourtant, derrière les scènes de désolation, une société post-industrielle est en train de naître, grâce à l’expansion d’une agriculture urbaine et à l’émergence de solidarités de quartier. Basta ! a rencontré celles et ceux qui bâtissent une nouvelle cité sur les ruines de la Babylone déchue.

An area at the edge of downtown Detroit that seems to have more parking lots than buildings.

An area at the edge of downtown Detroit that seems to have more parking lots than buildings.

The North Cass Community Garden sits on three once-blighted pieces of property. It offers more than 75 garden plots to the surrounding residents and businesses.

The North Cass Community Garden sits on three once-blighted pieces of property. It offers more than 75 garden plots to the surrounding residents and businesses.

Commenter cet article

Archives

Articles récents