Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Qu’appelle-t-on financiarisation de l'économie ?

Publié par philippe piercy sur 30 Décembre 2014, 22:15pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

trois minutes pour répondre à cette question! c'est à réécouter sur France Culture:

http://http://www.franceculture.fr/emission-les-carnets-de-l-economie-pierre-yves-gomez-14-qu%E2%80%99appelle-t-on-financiarisation-de-l-econom

Toute cette semaine dans Les Carnets de l'économie Vincent Lemerre s'entretient avec Pierre-Yves Gomez, professeur à l'EM Lyon Business School et directeur de l'Institut Français de Gouvernement des Entreprises, auteur de "Le travail invisible, enquête sur une disparition", éditions François Bourin. Le livre a paru fin 2013, mais il a depuis reçu 3 prix, dont récemment celui des élèves d'HEC

voici la 4° de couverture de cet ouvrage:

Le travail invisible : enquête sur une disparition

Voilà trente ans que l'on nous fait la promesse d'une société où l'on ne travaillerait plus. Une société ludique, des loisirs sans fin, des subventions faciles, de l'oisiveté aristocratique, une société dont la devise serait « du pain et des jeux ». L'esprit de rente est l'opium du peuple. Un puissant narcotique pour gouverner une société indolente où des magiciens divertissent les travailleurs et les font disparaître. Pendant ce temps, les nouveaux capitaines du monde ont imposé leurs cartes, leurs mesures et leurs desseins grâce à un savoir mystérieux et terriblement efficace, « la finance ». Ils nous ont fait croire qu'on pouvait créer de la valeur à partir de rien. Et le piège spéculatif s'est refermé sur nous.

Mais la solution se profile déjà. La crise montre que les travailleurs aspirent à être reconnus comme des sujets et non de simples opérateurs. Dans la vraie vie, le travail peut être pénible et fatiguant, mais il est aussi stimulant et enrichissant. Dans la vraie vie, le travail est vivant.

Véritable thriller économique, cet essai déroule la logique fascinante qui nous a conduits à cette situation absurde. Il plaide pour une économie du travail vivant, seul vrai projet politique sur lequel repose notre avenir. Un livre indispensable pour comprendre ce qui ronge nos sociétés mais aussi ce qui, déjà, les renouvelle.

-4e de couverture-

Qu’appelle-t-on financiarisation de l'économie ?

Archives

Articles récents