Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Leçon de Propagande chinoise en zone Interdite

Publié par philippe piercy sur 22 Septembre 2015, 08:43am

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Leçon de Propagande chinoise en zone Interdite

Leçon de Propagande chinoise en zone Interdite

Un passionnant et peu rassurant documentaire sur la question du Xinjiang et le statut des Ouïgours. Par le lien: https://vimeo.com/105494748

Présentation:

Documentaire
Dur
ée 52’
Auteurs-réalisateurs Éric Darbré et Axel Royer
Production Ego Doc Production, avec la participation de France Télévisions et de Public Sénat
Année 2014

Minorité turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjian, le peuple ouïgour vit sous surveillance policière. Réalisé clandestinement, ce documentaire met en lumière la politique mise en œuvre pour transformer sa culture ancestrale en folklore pour touristes.

Juillet 2009. Les émeutes qui éclatent à Urumqi, la capitale du Xinjian, font deux cents morts. Sept cents Ouïgours sont arrêtés par la police. Plusieurs centaines d’entre eux, depuis, n’ont jamais été ni jugés ni rendus à leur famille. A l’origine de l’explosion de violence qui secoue la province chinoise, officiellement autonome, la colère des Ouïgours. Population autochtone du Xinjian, ces derniers font face depuis des années à l’arrivée massive de colons han, la principale ethnie chinoise. Située à l’extrême-ouest de la Chine, la province la plus vaste de l’empire occupe une place stratégique vers l’Asie centrale et l’Europe. Son sous-sol regorge également d’importantes réserves énergétiques, du gaz, du pétrole et du charbon indispensables pour faire tourner la machine économique du pays. Interdite aux journalistes occidentaux, le Xinjian est la province la plus militarisée de Chine : près d’un Chinois sur trois y travaillerait pour les forces de sécurité. Pour y pénétrer, les réalisateurs de cette enquête se sont glissés sous une fausse identité au milieu d’un voyage organisé pour des professionnels du tourisme. Lors d’une halte dans la ville de Kachgar, aux portes du désert, le convoi de VIP est invité à découvrir le folklore ouïgour. Les forces de l’ordre se font très discrètes. « Normalement, autour de la mosquée, il y a toujours des policiers, relève un tour-opérateur occidental. Aujourd’hui, il n’y en a pas parce que nous sommes un groupe international. Ils ont voulu présenter un meilleur visage pour promouvoir le tourisme local et convaincre que les voyageurs peuvent venir ici. » Dans le vieux quartier, des maisons sont rasées. Des femmes se désespèrent de ne pas avoir de nouvelles de leur mari ou de leur fils arrêté.

Une terre offerte aux colons des autres provinces

© Ego Productions

Lorsque Eric Darbré et Axel Royer retournent à Kachgar, munis de visas de tourisme, un autre spectacle les attend. Dans les rues, les haut-parleurs de la police appellent à la délation contre les terroristes. L’Islam est interdit aux mineurs, les femmes ne peuvent porter le voile, les hommes doivent raser leur barbe. Sur les murs, un peu partout au Xinjian, les slogans du parti claquent : « Paix », « Bonheur », « Prospérité », « Construction », « Force »… « Une bonne propagande, ce n’est pas simplement la menace, décrypte Pierre Rigoulot, chercheur et spécialiste du communisme, c’est aussi une façon d’attirer les individus. On leur donne un idéal. Bien sûr, il est présenté de façon très simple, ce n’est pas très subtil, mais c’est un appel à l’élan, un appel à l’enthousiasme. » Ouïgour exilé aux Etats-Unis, Hassan confie : « Tous les paysans qui travaillent sur les terres contrôlées par l’armée subissent une propagande d’Etat. […] Quand je travaillais au Xinjian, je devais suivre ces leçons chaque semaine, les mercredi et vendredi après-midi. Des membres du parti venaient nous enseigner les dernières recommandations du régime. Une fois par mois, nous étions obligés de rédiger un rapport sur ce que nous pensions de cela. C’était l’occasion de démontrer notre loyauté au parti et au gouvernement chinois. »
Chaque année, des dizaines de Ouïgours sont condamnés à mort pour terrorisme ou séparatisme. En une décennie, plus 100 000 colons han sont venus s’installer à Kachgar. Aux abords des principales villes ouïgoures, des immeubles entiers sortent de terre pour accueillir ces colons auxquels l’exploitation des meilleures terres est confiée. Ils représentent déjà près de la moitié des habitants du Xinjian…

Christine Guillemeau

Archives

Articles récents