Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


La Chine annonce la fin de la politique de l’enfant unique

Publié par philippe piercy sur 29 Octobre 2015, 19:12pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Dans Le Monde du 29/10/2015 ' http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/10/29/la-chine-annonce-la-fin-de-la-politique-de-l-enfant-unique_4799364_3216.html#5IPuuDjLOCAGTGav.99)

La Chine a annoncé officiellement, jeudi 29 octobre, la fin de la politique dite de l’enfant unique, en vigueur depuis 1979. Désormais, tous les couples auront l’autorisation d’avoir deux enfants, selon un communiqué du Parti communiste chinois (PCC).

L’annonce, de portée historique, met fin à une politique souvent décriée pour ses abus –avortements forcés notamment. Elle était attendue après de nombreux appels en ce sens d’experts chinois d’agences officielles ou d’instituts de recherche. La décision a été prise lors du 5e plénum du comité central du PCC, qui s’est conclu jeudi, après quatre jours de travaux consacrés à l’adoption du 13e plan quinquennal (2016-2020).

Un premier assouplissement avait été consenti en novembre 2013, un an après l’ascension de Xi Jinping à la tête de l’Etat-parti. Il permettait aux Chinois d’avoir deux enfants si l’un des deux parents était lui-même enfant unique.

Parfois présentée comme un cadeau du pouvoir politique relâchant son contrôle sur la vie privée des citoyens, la fin de l’enfant unique est en réalité un impératif économique et social pour la République populaire. Ces évolutions sont destinées à corriger l’inquiétant déséquilibre hommes-femmes (116/100 au sein d’une même génération) du pays et à enrayer le vieillissement de la population.

L’indice de fécondité y est aujourd’hui à 1,7 enfant par femme, en deçà du seuil de renouvellement des générations et bien plus bas que d’autres puissances émergentes, à commencer par l’Inde concurrente, actuellement à 2,5 enfants par femme en âge de procréer, chiffre qui représente également la moyenne mondiale.

Les résultats de l’ouverture de 2013 demeurent mitigés. Selon les autorités, la Chine a enregistré 16,8 millions de naissances en 2014, soit 470 000 de plus que l’année précédente. La ruée au bureau des naissances n’a pour l’heure pas eu lieu. Sur les onze millions qui pourraient potentiellement remplir les critères, seuls 40 % disent en fait envisager un second enfant. Beaucoup de couples chinois, pour des raisons financières, ne souhaitent avoir qu’un enfant.

Tous les Chinois ne sont cependant pas concernés. La quasi-totalité des 55 minorités ethniques du pays ne sont pas soumises à la politique de limitation des naissances, et les Chinois de la campagne pouvaient déjà avoir deux enfants si le premier était une fille.

La politique avait déjà été assouplie en 2002 (possibilité d’« acheter » le droit à un deuxième enfant) puis, surtout, en 2013 avec l’autorisation d’avoir deux enfants si l’un des parents était lui-même enfant unique. Désormais, tous les Chinois seront autorisés à avoir deux enfants.

La politique de l’enfant unique paraît avoir atteint son objectif : la natalité en Chine a drastiquement chuté en trente-cinq ans, passant de 33 naissances pour 1 000 habitants en 1970 à 12 en 2013.

Conséquence collatérale de cette politique : la part des femmes dans la population a peu à peu diminué, pour atteindre 48,48 % en 2014, soit 106 hommes pour 100 femmes. Le chiffre est encore plus impressionnant au sein de la génération née en 2010, où l’on comptait près de 118 naissances de garçons pour 100 naissances de filles, notamment à cause d’avortements sélectifs.

Ce déficit de filles s’explique par l’état de la société chinoise au sein de laquelle « les femmes sont socialement dévalorisées » et où les familles préfèrent généralement avoir des fils, notait la démographe Isabelle Attané dans Chinoises au XXIe siècle, paru en 2012. Autre signe de cette préférence masculine, la mortalité infantile des filles atteint ainsi 26,8 ‰ sur la période 2005-2010, contre 18 ‰ pour les garçons.

Confrontée au vieillissement de sa population, la Chine devra reculer l’âge du départ à la retraite de ses citoyens. Alors que le pays le plus peuplé de la planète compte aujourd’hui 3 actifs pour 1 retraité, le ratio tombera à seulement 1,3 actif par sénior à l’horizon 2050, selon des prévisions publiées, mardi 10 mars, par le ministre des ressources humaines et de la sécurité sociale chinois, Yin Weimin.

L’espérance de vie des Chinois est désormais de 75 ans, grâce à trois décennies de croissance économique rapide mais également au système de santé basique mis en place par l’Etat-parti. A ces facteurs s’ajoute l’impact considérable de la politique de l’enfant unique, imposée au tournant des années 1980. Elle crée pour la dernière génération la charge future décrite comme « phénomène 4-2-1 » : dans une famille, le jeune pourrait avoir à payer pour ses deux parents ainsi que ses quatre grands-parents, s’ils demeurent en vie. Le nombre d’actifs chinois a commencé à baisser en 2012.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/10/face-au-viellissement-de-sa-population-la-chine-veut-reculer-l-age-du-depart-a-la-retraite_4590734_3234.html#5A6XJQ78LOi4svrq.99

La Chine annonce la fin de la politique de l’enfant unique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents