Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


La Chine face au défi de l'hyper-endettement

Publié par philippe piercy sur 12 Janvier 2016, 21:39pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

 Dette totale en Chine (en % du PIB)
 Dette totale en Chine (en % du PIB)

Dette totale en Chine (en % du PIB)

Dans Le Monde du 13/01/2016, extraits:

Tant que le " miracle chinois " a fonctionné à plein, les vulnérabilités de l'empire du Milieu ont été évacuées. A partir du moment où son activité a ralenti, où le pilotage de la transition s'est compliqué, la Chine est apparue pour ce qu'elle était : un colosse aux pieds d'argile, dont la croissance financée par un hyper-endettement n'était pas soutenable. Les turbulences boursières actuelles le montrent : dès qu'il s'agit de la Chine, la nervosité est à son comble. Elle est amplifiée, selon Sylvain Laclias (Crédit agricole), " par les allers et retours des politiques de change et monétaires, qui ajoutent à l'inquiétude et aux interrogations sur la capacité de Pékin à piloter le ralentissement et les réformes ".

La volatilité des Bourses de Shanghaï et de Shenzhen a atteint, ces derniers mois, des niveaux jamais vus, suscitant des inquiétudes d'autant plus vives que la communication de la PBOC est quasi inexistante et sa politique dénuée de toute transparence. Dans cet environnement délétère, chacun s'attend à ce que le marché baisse encore. (...)

" Il y a une chute très importante de la rentabilité du capital en Chine, analyse Patrick Artus (Natixis). Entre la hausse des coûts et la baisse des prix, les profits des entreprises se sont effondrés. Le pays est entré en déflation. Son industrie est surcapacitaire dans de nombreux secteurs. Le marché boursier chinois reste par ailleurs incroyablement cher et le taux de change se déprécie. " (...)

Combinée à la récession industrielle, la dépréciation du yuan est un facteur de ralentissement accéléré et le principal canal de transmission des difficultés chinoises vers le reste du monde. Pour les multinationales présentes en Chine, elle représente une chute de la valeur de leurs ventes et de la rentabilité de leurs investissements. Le luxe, l'automobile, les biens d'équipement, l'énergie ou encore le traitement de l'eau en font les frais. (...)

Après une augmentation de 25 % en 2015, les défaillances d'entreprises pourraient encore augmenter de 20 % en 2016, selon Euler Hermes. " Le virage de la libéralisation financière est très difficile à prendre et la Chine va devoir absorber son hyper-endettement, analyse-t-on chez l'assureur-crédit. 2016sera l'année des arbitrages. Le modèle hybride – l'Etat et le marché – a été exploité jusqu'au bout mais les autorités devront faire des choix. "

Claire Guélaud

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents