Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Comment le système éducatif français aggrave les inégalités sociales

Publié par philippe piercy sur 27 Septembre 2016, 10:04am

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Dans Le Monde du 27/9 2016 ( http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/27/comment-le-systeme-francais-aggrave-ineluctablement-les-inegalites-scolaires_5003800_4401467.html) un compte rendu d'un rapport sur le bilan des politiques de l'éducation prioritaire en France. Cette inégalité sociale, particulièrement spatialisée (localisation et recrutement localisé des établissements scolaires, de proximité par définition) et mal ressentie (stigmatisation) montre une grande résistance aux politiques qui ont été déployées depuis deux ou trois décennies. Pourquoi, comment?

extraits:

La synthèse du Cnesco détaille une « longue chaîne de processus inégalitaires » qui se cumulent et se renforcent à chaque étape de la scolarité : inégalités de traitement, inégalités de résultats, inégalités d’orientation, inégalités d’accès au diplôme et même inégalités d’insertion professionnelle. Limités à l’école primaire, les clivages explosent à partir du collège. C’est, par exemple, à ce niveau-là de la scolarité que les élèves des établissements les plus défavorisés, en fin de 3e, ne maîtrisent que 35 % des compétences attendues en français contre 80 % dans un contexte privilégié. A même niveau scolaire, ils ont deux fois moins de chances d’intégrer le lycée général.

Voilà pour le diagnostic. Mais le Cnesco va au-delà en interrogeant les responsabilités. En premier lieu, la politique des ZEP en prend un coup. Fondée en 1981 sur le principe de la discrimination positive – « donner plus à ceux qui ont moins » –, l’éducation prioritaire aboutit, aujourd’hui, à produire de la discrimination négative : on donne moins à ceux qui ont moins. « Au départ pensé comme temporaire, le dispositif s’est étendu, les moyens se sont dilués, avec des effets de stigmatisation assez forts : dès lors qu’un établissement passe en éducation prioritaire, il y a une désertion des familles pour scolariser leur enfant dans un autre collège », résume Georges Felouzis, sociologue à l’université de Genève.

Aurélie Collas

Les collèges prioritaires à Paris

Les collèges prioritaires à Paris

les 102 réseaux d'éducation prioritaire en 2014

les 102 réseaux d'éducation prioritaire en 2014

Archives

Articles récents