Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


La pauvreté, urbaine, trop urbaine: l'Insee dément C. Guilluy

Publié par philippe piercy sur 14 Novembre 2016, 07:09am

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

La pauvreté, urbaine, trop urbaine: l'Insee dément C. Guilluy

Par le lien http://www.lagazettedescommunes.com/364365/carte-interactive-la-pauvrete-urbaine-trop-urbaine/

les chiffres de la pauvreté en France à l'échelle communale montrent que l'affirmation réitérée que la France pauvre est celle des périphéries au delà du péri-urbain est largement fausse, non qu'il n'y ait pas de pauvreté en milieu rural, dans les petites villes, au contraire, mais la grande majorité des pauvres est comme la population générale: elle vit dans les grandes aires urbaines à 77%.

Extrait: "Cette synthèse corrobore d’autres analyses. Reprenant des données de l’Insee, déjà, le chercheur Louis Maurin rappelait que « les deux tiers des personnes pauvres vivent au cœur des grands pôles urbains. L’institut permet de quantifier ce qui relevait de l’évidence pour de nombreux d’observateurs : les plus démunis vivent dans les communes les plus peuplées, là aussi où habitent les plus riches, et où les inégalités de revenus sont les plus grandes. »

Le directeur du Centre d’observation de la société rajoutait : « Nous avions montré à partir des données de l’Insee que 57 % des pauvres vivaient dans des communes de plus de 50 000 habitants et 21 % dans des communes rurales. Une partie de ces communes sont des territoires périurbains, parfois très proches des grandes villes. Par ailleurs, une étude publiée fin 2014 indiquait que les revenus des 10 % les plus pauvres étaient plus de deux fois moins élevés dans les villes-centres que dans leur couronne périurbaine (4 400 contre 9 900 euros par an pour une personne). »

Pourtant Guilluy affirme encore le contraire sur des bases statistiques discutables: http://www.lagazettedescommunes.com/469450/les-metropoles-sont-des-citadelles-imprenables-christophe-guilluy/

tout en ne niant pas les "poches de pauvreté" dans les métropoles: "  Le modèle inégalitaire est celui des métropoles ! J’y consacre un chapitre entier dans mon dernier ouvrage. Il est même particulièrement explosif puisque dans ces territoires le clivage social recouvre un clivage ethno-culturel. Quand je parle d’une France périphérique qui représente 60 % des habitants et les métropoles 40 %, je ne dis pas 60 % des pauvres sont d’un coté et 40 % des riches de l’autre ! Il existe des zones fragiles dans les deux France, mais elles sont majoritaires dans la France périphérique, là où vit la majorité des classes populaires. Par ailleurs, il existe évidemment une concentration de de précarité en banlieue, mais aussi à Paris intra-muros, avec des poches de très grande pauvreté comme dans certaines cités du XIXème arrondissement.

Archives

Articles récents