Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Classes moyennes en essor ou inégalités creusées en contexte de forte croissance à Abidjan

Publié par philippe piercy sur 19 Février 2017, 19:26pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Williamsville, un des quartiers pauvres d'Abidjan

Williamsville, un des quartiers pauvres d'Abidjan

nouveaux "malls" à Abidjan

nouveaux "malls" à Abidjan

Dans le Monde du 19/2, http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege/20170219/html/1268890.htmlun reportage sur l'essor de la consommation et les clivages croissants de la société de la capitale économique ivoirienne: extraits:

Depuis 2012, la Côte d'Ivoire a tourné la page de la crise. Le premier producteur mondial de cacao a vu son produit intérieur brut progresser de 8 % à 10  %, tiré – outre un effet rattrapage – par un programme massif d'investissement dans les infrastructures. Dans l'intervalle, la -richesse par habitant a crû de 30  %.

" Quand on regarde les chiffres, on voit qu'il se passe quelque chose, opine Mamoudou Kane, directeur en Côte d'Ivoire d'Orabank, réseau bancaire togolais présent dans douze pays africains. La demande pour les crédits immo-biliers, d'équipement, de consommation, est en train de décoller. "

Le " potentiel  du marché " attire à la chaîne les grandes marques françaises. Go Sport et la Fnac se sont installés fin 2015 à Abidjan. Decathlon vient d'inaugurer un vaste magasin en plein cœur de la ville. L'Oréal s'apprête à y ouvrir sa première boutique en Afrique. Une affluence que certains jugent irrationnelle : " Ils n'ont que la classe moyenne à la bouche, pourtant celle-ci n'existe pas, et ils finiront par s'en rendre compte, grince un analyste d'une grande banque européenne. Sans Etat-providence, la société se divise entre des riches plus riches et des pauvres toujours aussi pauvres. "

Faux, réplique Jean-Paul Denoix, directeur de la branche " retail " de CFAO en Côte d'Ivoire. Selon une étude réalisée sur le sujet par son groupe en  2015, un Ivoirien appartient à la classe moyenne dès qu'il gagne entre 4,8 et 10,50 dollars (entre 4,5 et 9,90 euros) par jour. Soit, estime-t-il, près de 1,5  million de personnes sur les 5 millions d'habitants que compte Abidjan. Et c'est cette clientèle qui ferait le succès du premier centre commercial CFAO ouvert fin 2015 sur le boulevard Giscard-d'Estaing. Pour évaluer le standing du quartier, faute de statistiques crédibles, l'entreprise a réalisé avant l'ouverture un quadrillage minutieux. " On a sillonné toutes les rues en voiture, compté les immeubles, observé les clients potentiels, relate M.  Denoix. Ce que nous avons vu nous a convaincus. "

Allées bondées

L'an passé, l'espace commercial a accueilli en moyenne 10 000 visiteurs par jour. En ce week-end, veille de la Saint-Valentin, ses -allées sont bondées. Dans un brouhaha assourdissant, des élégantes en pagne font du lèche-vitrines chez l'Occitane. A l'hypermarché Carrefour, une queue compacte s'est formée devant le stand des escargots de brousse, spécialité prisée des Ivoiriens. L'objectif, assure M. Denoix, est d'ouvrir six à huit autres malls en Côte d'Ivoire.

Mais Abidjan n'est pas que cette ville de frime exhibant une forêt de panneaux publicitaires scintillants au businessman arrivant de nuit au quartier du Plateau, sorte de mini-Manhattan sous les tropiques. La " perle des lagunes ", où trois cinémas ont ouvert en deux ans, creuse l'écart entre les riches et les plus démunis. Hors du centre prolifèrent les masures au toit de tôle ondulée. Près de la moitié de la population ivoirienne (46  %) vit toujours sous le seuil de pauvreté. Ils étaient 10  % seulement en  1985.

" Il y a clairement un besoin de ruissellement de la croissance ", reconnaît l'ancien ministre du commerce Jean-Louis Billon. A cette unique condition, Abidjan peut espérer redevenir ce qu'elle fut pendant son âge d'or, une cité ombragée, au réseau de transport public efficient, surnommée " le Paris africain ". " Abidjan était jadis une ville de la classe moyenne, soupire M.  Billon. C'est un phénomène que nous avons connu avant tout le monde et avec lequel on ne fait que -renouer lentement. "

Marie de Vergès

Archives

Articles récents