Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Le patrimoine global des Américains au plus haut

Publié par philippe piercy sur 10 Mars 2017, 15:24pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Le patrimoine global des Américains au plus haut

Dans Le Monde du 11/3, http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege/20170311/html/1271088.html un édifiant article sur le creusement des inégalités lié à l'augmentation de la valeur du patrimoine, celui-ci étant très inégalement détenu, bien plus que les revenus du travail , qui eux, stagnent ou diminuent. Extraits:

Selon les travaux d'Emmanuel Saez et de Gabriel Zucman de l'université de Berkeley (Californie), les 1  % les plus riches aux Etats-Unis détenaient en  2012 (dernières statistiques disponibles) 42  % de la richesse du pays. Par ailleurs, un article publié en décembre  2016 par les deux économistes et cosigné avec Thomas Piketty soulignait que plus de la moitié du patrimoine des 1  % les plus riches de la population provient de l'immobilier et de la Bourse. A l'autre bout du spectre, pour les 90  % les moins aisés, cette proportion tombe à 20  %, dont l'essentiel est investi dans des fonds de pension en vue de la retraite.

Illustration du creusement des inégalités : jamais l'écart entre le patrimoine des ménages et le revenu moyen n'a été aussi grand. Le premier est désormais 6,5 fois plus élevé que le second, un niveau supérieur à celui atteint au sommet de la bulle immobilière de 2007. Alors que le patrimoine global n'a cessé de progresser, les revenus, eux, ont quasiment fait du surplace. C'est ce qui explique que l'essentiel des fruits de la reprise économique se soit concentré entre quelques mains. " De 1980 à 2014, le revenu moyen par adulte a augmenté de 61  % aux Etats-Unis, notent Saez, -Zucman et Piketty. Cependant, le revenu moyen avant impôt des 50  % qui gagnent le moins a stagné autour de 16 000  dollars par adulte, après correction des effets de l'inflation. " En revanche, les revenus au sommet de la pyramide se sont littéralement -envolés, augmentant de 121  % pour les 10  % les plus riches, de 205  % pour les 1  % les plus -riches, et de 636  % pour les 0,001  % les plus riches.

Par ailleurs, en  1980, un adulte parmi les 1  % les plus riches gagnait 27 fois plus qu'un adulte appartenant aux 50  % les moins riches. Aujourd'hui le ratio est passé à 81. " Ce ratio de 1 à 81 est similaire à l'écart entre le revenu moyen aux Etats-Unis et le revenu moyen dans les pays les plus pauvres du monde, parmi lesquels la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Burundi ", soulignent les économistes.

Les Etats-Unis n'ont donc jamais été aussi riches, mais, dans le même temps, la société américaine a rarement été aussi inégalitaire. C'est l'une des clefs de compréhension de l'élection d'un candidat populiste à la présidence. Le fait que, pour le moment, ce soit les plus riches qui en profitent n'en est pas le moindre des paradoxes.

Stéphane Lauer

Archives

Articles récents