Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Des ressources sur la métropole Londonienne

Publié par philippe piercy sur 3 Mai 2017, 14:45pm

Catégories : #Hypokhâgne

Des ressources sur la métropole Londonienne

Pour lire des articles, de presse ou de revues de géographie, en préparation du voyage à Londres, une sélection!

dans la presse récemment et dans le cadre du Brexit:

http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2017/05/03/a-londres-la-malediction-de-la-finance_5121256_3214.html

extrait:

Londres, une ville dominée, physiquement et économiquement, par la finance. Ce secteur représente presque un cinquième de l’économie londonienne et emploie directement 750 000 personnes. De vastes secteurs d’activité du reste de la capitale dépendent de cette colonne vertébrale (...)

Depuis la crise financière de 2008, les gouvernements britanniques successifs se disent conscients du problème. Leur mantra : « rééquilibrer » l’économie vers davantage d’industrie, de recherche, de nouvelles technologies… Mais en réalité, il est difficile de sortir du « piège » financier, tant cette industrie domine.

La finance est le secteur qui paie le plus d’impôts, versant 11 % des recettes fiscales du pays, selon TheCityUK, un lobby financier. C’est aussi le deuxième secteur d’exportation, juste après les services aux entreprises (consultants, avocats, comptables…), qui y sont étroitement liés. Dans l’ensemble du pays, 2,2 millions d’emplois dépendent directement de la finance, aux deux tiers hors de Londres. Pour le Royaume-Uni, le sevrage, s’il a lieu, sera douloureux…

Le pays n’a pourtant pas vraiment le choix. Depuis 2008, les plans de licenciement se multiplient dans les grandes banques d’affaires. Certes, leur domination a fait place à celle d’autres métiers de la finance : gérants, avocats ou encore assureurs sont en progression. Mais leur rôle est moins central qu’autrefois. Et désormais, le Brexit vient compliquer cette équation, menaçant des dizaines de milliers d’emplois supplémentaires.

Canary Wharf et la City s’adaptent

L’exemple de Canary Wharf est parlant. Aujourd’hui, le quartier déborde de vitalité, les tours étant occupées à 97 %. Mais l’effervescence apparente cache mal les inquiétudes pour l’avenir. L’immense extension du quartier d’affaires, qui compte augmenter sa surface des deux tiers (un million de mètres carrés supplémentaires à terme !), a été complètement remise à plat ces dernières années. « Le projet initial était de construire deux tiers de bureaux et un tiers de logements, explique John Garwood, le secrétaire général du Canary Wharf Group. Finalement, nous avons inversé cette proportion. »

Les grandes institutions financières ne se précipitent plus à Londres. Si elles n’ont pas quitté la ville, leur demande d’installation à long terme a ralenti. « Leur recherche de grandes surfaces de bureaux, avec d’immenses open spaces, a fortement diminué », reconnaît M. Garwood, en présentant la maquette de la future extension de son quartier. De 2012 à 2016, seuls 22 % des surfaces nouvellement louées à Canary Wharf l’ont été par des entreprises financières, moins que le secteur public (26 %) et à peine plus que les télécoms et médias (21 %).

Lire aussi :   La City, du protectionnisme aux délocalisations

Inversement, la capitale britannique fait face à une crise aiguë du logement, nécessitant la construction de tours résidentielles. Canary Wharf a donc décidé de s’adapter.

Dans l’autre quartier de la finance, la City, les pouvoirs publics s’organisent également. « On n’a pas pris de décision délibérée de se diversifier, mais on travaille à rendre l’endroit plus agréable à vivre », explique Mark Boleat, président du Comité politique de la City.

« Fintech »

Il y a vingt ans, le Square Mile était totalement déserté le week-end et il n’y avait pratiquement aucune boutique. Progressivement, plusieurs hôtels ont ouvert, les pubs et restaurants ferment plus tard et un centre commercial a été construit près de la cathédrale Saint-Paul. La mairie impose aussi ses conditions aux nouvelles tours. « Nous avons récemment exigé que deux étages d’un nouveau projet soient réservés à un espace de bureaux flexibles, pour recevoir de potentielles start-up », poursuit M. Boleat. Signe des temps, Deliveroo (livraison de repas) vient d’installer son siège à la City, dans une ancienne salle de marché.

Des synthèses en Géographie:

 

Archives

Articles récents