Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Grippe aviaire et obésité: deux problèmes sanitaires de la Chine dans "Le Monde"

Publié par philippe piercy sur 27 Janvier 2009, 16:07pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Un retour de la grippe aviaire inquiète en Chine

LE MONDE | 21.01.09 | 15h13  •  Mis à jour le 21.01.09 | 15h13

PÉKIN CORRESPONDANCE



a réapparition du virus de la grippe aviaire inquiète en Chine, à quelques jours du Nouvel An chinois, alors que les trains et les bus sont bondés depuis quelques semaines - 188 millions de personnes doivent voyager pendant la période des fêtes, pour la plupart des travailleurs migrants qui quittent les centres urbains pour les zones rurales de l'intérieur du pays.

 

Les plats à base de poulet ou de canard tiennent une place de choix dans les ripailles du Nouvel An, qu'on passe en famille. Et le commerce de volailles bat alors son plein. Quatre personnes déjà sont décédées depuis la dernière irruption du virus H5N1 début 2009, portant à 23 le nombre total de cas fatals depuis 2003.

Les nouveaux cas sont apparus alors qu'aucune épizootie n'avait visiblement été préalablement décelée, ce qui indiquerait soit que des volailles sont porteuses du virus sans que cela se sache, soit des défauts de signalement. La semaine dernière, le Vietnam a ainsi annoncé avoir décelé le virus dans des poulets... importés clandestinement de Chine.

Un vice-directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Shu Yuelong, a indiqué à l'agence de presse Xinhua que "davantage de cas étaient probables", et qu'il fallait faire plus pour "renforcer la prévention et la supervision de l'épidémie, et assurer la détection rapide de nouveaux cas".

La dernière victime est un étudiant de 16 ans, qui a succombé au virus dans le Hunan, le 19 janvier, après avoir été en contact avec des volatiles morts dans le Guizhou. Le premier cas fatal de l'année date du 5 janvier : une migrante de 19 ans, originaire du Fujian, qui travaillait à Pékin, aurait été infectée en nettoyant des canards achetés dans la province voisine du Hebei, où ils étaient moins chers.

RÉVÉLATION PAR LA PRESSE

Le 17 janvier, une jeune femme de 27 ans a succombé au virus H5N1 dans la province du Shandong. Plus grave, la révélation par la presse du décès par pneumonie, début janvier, d'une femme dont la fillette de 2 ans est, elle aussi, infectée par le virus et dans un état critique dans un hôpital du Shanxi. La mère avait été en contact avec de la volaille, fin décembre 2008, ce qui a alimenté les spéculations d'une transmission interhumaine du virus. La femme, qui résidait dans le Hunan, a été incinérée. Les autorités sanitaires tentent de faire toute la lumière sur ce cas.


Brice Pedroletti

Article paru dans l'édition du 22.01.09




L'obésité, nouveau fléau des pays émergents

LE MONDE | 17.01.09 | 13h54  •  Mis à jour le 17.01.09 | 13h54



L'obésité devient un problème de santé publique dans les pays émergents Dans les grandes villes chinoises, un adolescent sur cinq en souffre déjà. Un Thaïlandais sur dix pourrait en être atteint en 2025, et elle ne cesse d'augmenter en Inde : dans tous les pays émergents d'Asie, l'obésité gagne du terrain.

La faute, principalement, à Pizza Hut, KFC, McDonald's et autres fast-foods aux stratégies agressives et aux prix imbattables. Selon une enquête menée en 2006 par le cabinet de recherche en marketing AC Nielsen auprès d'un échantillon de 14 000 adultes dans 28 pays, 30 % des Asiatiques pratiquent ce mode de restauration rapide au moins une fois par semaine. Soit presque autant que les Américains (33 %), avec un taux record pour la Thaïlande et la Malaisie (46 % et 59 %).

L'évolution de l'obésité, reconnue comme une maladie en 1997 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), est particulièrement alarmante en Chine : le surpoids y concerne désormais près du quart de la population, et devient un véritable problème de santé publique. Selon différentes enquêtes, le pays le plus peuplé du monde compterait aujourd'hui plus de 200 millions de personnes en surpoids et 90 millions d'obèses. Soit une augmentation respective de 39 % et 97 % par rapport à 1992.

Le phénomène concerne particulièrement les jeunes. Une récente étude, menée sur une cohorte de 80 000 enfants vivant en milieu urbain, a mis en évidence une croissance de 156 % du nombre d'obèses entre 1996 et 2006. Et le ministère chinois de la santé publique a confirmé, en novembre 2008, à l'occasion de la deuxième Journée mondiale du diabète de l'ONU, que le nombre d'enfants et d'adolescents diabétiques ne cesse d'augmenter dans les grandes villes chinoises.

Si la prévalence de l'obésité en Chine reste encore inférieure à celle des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Egypte ou du Mexique, c'est dans ce pays, désormais, que son incidence est la plus forte. Selon une étude, publiée en juillet-août 2008 dans le journal Health Affairs par le professeur de nutrition américain Barry Popkin (université de Caroline du Nord), la proportion de Chinois mâles adultes en surpoids augmente chaque année d'environ 1,2 % depuis dix ans. Si rien n'est fait pour ralentir ce rythme, leur nombre aura doublé en 2028.

Alors que l'OMS estimait, en 2007, le coût total de l'obésité à 2,1 % du produit intérieur brut (PIB) chinois, il est à craindre que les maladies chroniques (diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires) et les coûts de santé associés continuent d'augmenter de manière significative, confrontant le système sanitaire chinois à un nouveau défi.

Explosion des supermarchés et des fast-foods, augmentation de la consommation de protéines animales, développement du travail sédentaire et du parc automobile : les raisons du surpoids sont les mêmes dans tous les pays à forte croissance, où la hausse du pouvoir d'achat a bouleversé les modes de vie. L'obésité s'installe lorsque les gens consomment plus d'énergie qu'ils n'en dépensent, soit en mangeant trop, soit en faisant trop peu d'exercice physique.

"Quelle que soit la région du monde où elle se développe, l'obésité est toujours liée à un phénomène de transition économique et nutritionnelle. Les populations qui en sont victimes passent soudain d'un mode d'alimentation traditionnel, parfois ancré dans la culture depuis des siècles, à un modèle en évolution rapide où l'alimentation est plus importante quantitativement et plus riche en calories", souligne le professeur Arnaud Basdevant, chef du service de nutrition à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

DIABÈTE ET HYPERTENSION

Avant de poser un problème de santé publique, cette évolution, rappelle-t-il, est d'abord une bonne nouvelle, puisqu'elle traduit une amélioration générale du niveau de vie des populations. Mais la médaille a son revers. "On commence à s'apercevoir que l'obésité est d'autant plus dangereuse pour la santé qu'elle touche des populations ayant auparavant souffert de la faim ou de la malnutrition", précise M. Basdevant.

On ne sait pas encore pourquoi, mais le constat est net : en Asie comme en Amérique latine ou en Afrique, partout où les populations ont connu des carences nutritives graves, l'impact du diabète et de l'hypertension chez les personnes en surpoids survient plus rapidement que dans les populations occidentales. Comme si les privations séculaires étaient suivies d'une capacité accrue de stockage des graisses.

Que peuvent faire les pays émergents pour lutter contre ce fléau ? Il y a deux mois, Pékin a lancé une campagne d'information visant à sensibiliser le public à la prévention du diabète, et l'on voit apparaître dans le pays des centres médicaux spécialisés dans le traitement de l'obésité.

Mais la lutte contre cette maladie urbaine est encore loin d'être une priorité pour les dirigeants chinois, qui ont bien d'autres problèmes de développement à régler dans les zones rurales. Il en va de même en Inde, où l'excès d'embonpoint des plus riches (5 % de la population, selon une étude datant de 2007) côtoie la malnutrition des plus pauvres. La preuve : le site Internet le plus visité sur le thème de l'obésité n'y est ni préventif ni médical. C'est un site de rencontre, qui propose aux millions d'hommes et de femmes en surpoids de trouver l'âme soeur.


Catherine Vincent

 

En Occident, les plus pauvres sont les plus gros

Problème de riches dans les pays pauvres, problème de pauvres dans les pays riches : aux Etats-Unis, où la prévalence de l'obésité a plus que triplé depuis quarante ans, les adolescents californiens issus des milieux défavorisés ont presque trois fois plus de risques d'être touchés que les adolescents de milieux aisés. Un récent rapport du Centre de recherche sur les politiques de santé de l'Université de Californie-Los Angeles (UCLA) montre que, dans cet Etat qui compte 480 000 adolescents obèses, la maladie concerne 21 % de ceux dont les familles ont un revenu annuel inférieur à 19 971 dollars (pour une famille de 4), et seulement 8 % des adolescents issus de familles aux revenus supérieurs à 59 913 dollars pour 4. Dans les communautés les plus pauvres, les auteurs notent une augmentation constante de la consommation de boissons gazeuses sucrées et de "fast-food", associée à une diminution du nombre des repas pris en famille et de l'activité sportive.

 

LEXIQUE

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "le surpoids et l'obésité se définissent comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé".

L'INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC). C'est une mesure du poids par rapport à la taille couramment utilisée pour estimer le surpoids et l'obésité chez les adultes. Il correspond au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2. L'OMS définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 et l'obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30. Un IMC élevé est un important facteur de risque de maladies chroniques comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les troubles musculo- squelettiques (en particulier l'arthrose) et certains cancers.

CHIFFRES

1,6 MILLIARD. D'après les estimations de l'OMS pour 2005, c'est le nombre d'adultes, âgés de 15 ans et plus, qui présentaient un surpoids dans le monde. A cette même date, 400 millions étaient obèses.

2,3 MILLIARDS. Il s'agit du nombre d'adultes qui seront en surpoids en 2015, selon l'OMS, dont 700 millions d'obèses


Commenter cet article

Archives

Articles récents