Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Haïti : les damnés de la frontière

Publié par philippe piercy sur 11 Février 2013, 16:23pm

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Un documentaire sur la frontière et son marché, expression de la dissymétrie entre les deux moités de l'île:

http://www.arte.tv/fr/haiti-les-damnes-de-la-frontiere/2454482,CmC=2454478.html

 

Après le passage des cyclones, le phénomène migratoire d’Ouest en Est s’est accentué. Symbole de cette dépendance, le marché alimentaire de Dajabon, à la frontière Nord-Est. Une zone tampon pour les clandestins. Poussés par la faim et la misère, les Haïtiens se livrent aux passeurs pour « chercher la vie » en République Dominicaine.

Dans la petite ville frontalière de Dajabon, les Haïtiens viennent acheter ce qu’ils ne trouvent plus chez eux : le riz, la farine et même du charbon. Deux fois par semaine, des tonnes de denrées alimentent la capitale, Port-au-Prince, et la plupart des régions dévastées par les cyclones. Le marché de Dajabon est devenu indispensable à la survie de tout un peuple.

Aujourd’hui près d’un tiers des Haïtiens, soit près de trois millions de personnes, dépend de l’aide alimentaire internationale. Les Nations-Unies insistent pour maintenir ce programme tant les risques de famine sont grands. Les cyclones ont ravagé les principales zones agricoles et amputé de moitié la récole de l’année 2009.

Pour se nourrir, Haïti frappe donc à la porte de son voisin, la République Dominicaine. Un retournement impensable il y a vingt ans. Le pays produisait alors 80% de ses besoins. Aujourd’hui, Haïti importe presque tout, un Haïtien gagne en moyenne un euros par jour. Un salaire dérisoire alors que le prix des denrées a flambé l’an dernier, déclenchant des émeutes de la faim dans tout le pays.
Déjà critique, la situation est devenue désespérée. Les cyclones ont fait près d’un million de sinistrés, notamment aux Gonaïves. Alors, il n’y a plus qu’une solution : prendre la route de l’exil et partir en République Dominicaine pour gagner de quoi nourrir sa famille.

Un gigantesque trafic de personnes s’est organisé. Les passeurs réunissent les Haïtiens dans leur village et leur font miroiter l’eldorado dominicain. Un périple semé d’embûches pour les clandestins. Sur le chemin, les militaires dominicains les rançonnent ou pire, les expulsent sans ménagement.

Une équipe d’ARTE Reportage s’est rendue sur cette frontière, carrefour des rêves et des espoirs déçus. Aller-retour entre deux mondes que tout oppose mais qui partagent une seule et même île.

 

 

exemple du contraste paysager (déforestation du côté haitien) exprimant la dissymétrie économique:

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents