Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


La Chine parie sur les véhicules "verts" pour développer ses moyens de transport (Le Monde 10/9/10)

Publié par philippe piercy sur 18 Septembre 2010, 07:49am

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun


L'Etat chinois investit dans le développement de véhicules électriques et hybrides. Seize entreprises publiques, dont trois constructeurs automobiles, ont annoncé en août la formation d'une union afin de "maîtriser le coeur de la technologie des véhicules électriques"et créer des modèles compétitifs à l'international.

 Le casse-tête de l'engorgement urbain

Trafic. Selon le ministère de l'industrie, 200 millions de voitures circuleront sur les routes chinoises en 2020.

Centres urbains. A Shanghaï et à Pékin, l'engorgement des routes est devenu un casse-tête. La capitale trône en tête du palmarès des métropoles les plus embouteillées de la planète. Chaque jour, 2 000 véhicules y sont vendus, rapporte l'agence Xinhua.

Embouteillages. Au mois d'août, un bouchon de 120 km a bloqué la circulation pendant une dizaine de jours sur une autoroute permettant d'approvisionner Pékin en charbon depuis la province de Mongolie intérieure. Cela a suscité un débat sur les infrastructures routières du pays.

Réseau autoroutier. Long de 65 000 km à la fin de l'année 2009, c'est le deuxième du monde derrière celui des Etats-Unis. Il devrait atteindre 100 000 km en 2020, selon les autorités.

 

dans

L'alliance a été dotée de 1,3 milliard de yuans (150 millions d'euros), mais Pékin pourrait investir 100 milliards de yuans jusqu'en 2012 dans ce secteur, selon les médias officiels. L'objectif est de lancer 500 000 véhicules hybridesou purement électriques sur les routes au cours de chacune des 3 prochaines années. En parallèle, le gouvernement teste depuis juin dans cinq villes, dont Shanghai, l'efficacité d'une politique d'incitation à l'achat de véhicules moins polluants. L'Etat finance 60 000 yuans (6 900 euros) pour l'acquisition d'un véhicule électrique ou hybride et 3 000 yuans (347 euros) pour une voiture à essence économe.

Paul Lin, porte-parole du groupe BYD - pour Build Your Dreams, "Construisez vos rêves" -, constate depuis le lancement de cette politique une "hausse significative des ventes". Le 1erconstructeur de batteries chinois propose depuis décembre 2008 une voiture hybride, la F3DM et doit commercialiser prochainement un véhicule purement électrique déjà utilisé par 45 chauffeurs de taxi de la ville de Shenzhen, dont certains se sont plaints dans la presse chinoise des difficultés de chargement. Un de ses concurrents, Shanghai Automotive Industry Corporation, doit lancer un modèle hybride d'ici décembre sous la marque Roewe.

Le pays est devenu en 2009 le 1ermarché automobile mondial, avec 13,6 millions d'unités vendues, un défi pour l'approvisionnement en énergie et la protection de l'environnement. "La Chine est confrontée, d'une part, à une question de sécurité énergétique avec le pétrole et d'autre part, à la nécessité de développer ses moyens de transport, relève Paul Lin, de BYD. A terme, les véhicules électriques seront 1 solution intéressante, d'autant que le marché est encore frais."

L'annonce de plans d'aide étatiques renforce les ambitions des constructeurs. Dongfeng, partenaire en Chine de Nissan et Honda, a indiqué qu'il investira entre 400 et 500 millions de yuans pour lancer cinq modèles électriques au cours des trois prochaines années.

Vélos électriques à Pékin

Malgré cet emballement, les infrastructures ne suivent pas. Si BYD se félicite de proposer son savoir-faire aux villes désireuses d'installer des stations de chargement, les conducteurs doivent, pour le moment, recharger les batteries chez eux. A Shenzhen, où le groupe a son siège, on ne compte qu'une dizaine de bornes de chargement publiques. Et à Shanghaï, si la construction de 400 stations a été annoncée, aucune n'est en place.

Les Chinois sont déjà habitués à rouler à l'électricité. A Pékin, les deux-roues à essence sont interdits en centre-ville, où nombreux sont ceux qui optent pour le vélo électrique. Mais là encore, le pari écologique est loin d'être gagné : la majorité des 22,2 millions de vélos électriques produits en Chine en 2009 fonctionne grâce à une batterie au plomb, élément fortement toxique une fois dispersé dans la nature.

Des chercheurs de l'université de Tsinghua, à Pékin, et du laboratoire américain d'Argonne, dans l'Illinois, s'interrogent sur l'opportunité pour la Chine de se tourner massivement vers les véhicules électriques, dans un article publié en mai par la revue Technologie et science environnementale.

Le développement de ces véhicules, calculent-ils, va augmenter les émissions de CO2car 70 % au moins de l'électricité produite en Chine sont issus de la combustion du charbon, la plus polluante des énergies fossiles. Cette dépendance s'élève à 88 % dans les provinces dynamiques de l'Est et à 98 % dans le Nord. Selon eux, avoir recours à des véhicules électriques ne permettrait de réduire les émissions de CO2que dans des régions utilisant un minimum de 35 % d'énergies non fossiles. C'est-à-dire, à l'heure actuelle, uniquement dans les provinces méridionales, qui utilisent 30 % d'énergie hydroélectrique et 5 % de nucléaire.

Harold Thibault

Article paru dans l'édition du 10.09.10.

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents