Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  le blog geodatas

le blog geodatas

Eléments complémentaires aux cours de Philippe Piercy, professeur de géographie en Classes préparatoires littéraires, Lycée Berthollet (74).


Santiago: développement durable dans une ville émergente néo libérale

Publié par philippe piercy sur 12 Janvier 2012, 08:37am

Catégories : #programme de Khâgne tronc commun

Par le lien ci dessous:

http://www.verdeciudad.com/2009060890/Ciudades/urban-translation-santiago.html

 

un article court sur le thème de Santiago:  ville durable et ville émergente néo libérale ;

début de l'article:

 

« El Gran Santiago » est la 7ieme ville la plus peuplée d’Amérique Latine et l’une des 45 villes les plus peuplée au monde. Elle est composée de 37 communes, avec  6.061.185 habitants pour une surface urbaine totale de 60 700 hectares 1. Santiago est considéré comme une ville mondiale, par son dynamisme économique, son attractivité au niveau international 2, et par son poids politique à l’échelle nationale et internationale3 .
La gouvernance de la ville est conduite principalement par la négociation entre un gouvernement façonné 4 et des grandes entreprises, sans présence de la société civile. A la différence d’autres grandes capitales du monde, Santiago n’a pas de gouvernance métropolitaine unique chargée de son administration. Elle est plutôt gouvernée par diverses autorités, maires des communes et représentants locaux des ministères, ce qui empêche une construction de la ville comme entité et encourage des négociations sectorielles. Face à ce façonnement des autorités publiques, les entreprises  négocient auprès de chaque acteur et exercent un pouvoir considérable dans la prise de décisions et la constitution de la ville. En outre, même si les disparités socio-économiques restent fortes, les actions de la société civile locales sont très faibles à cause d’un démantèlement des structures associatives pendant la dictature, qui est resté un héritage structurant. Cela a conduit à ce que l’essentiel  des décisions sur la ville soient prises seulement dans le cadre d’une négociation des entreprises et du gouvernement.    
« El Gran Santiago » est la 7ieme ville la plus peuplée d’Amérique Latine et l’une des 45 villes les plus peuplée au monde. Elle est composée de 37 communes, avec  6.061.185 habitants pour une surface urbaine totale de 60 700 hectares 1. Santiago est considéré comme une ville mondiale, par son dynamisme économique, son attractivité au niveau international 2, et par son poids politique à l’échelle nationale et internationale3 .
La gouvernance de la ville est conduite principalement par la négociation entre un gouvernement façonné 4 et des grandes entreprises, sans présence de la société civile. A la différence d’autres grandes capitales du monde, Santiago n’a pas de gouvernance métropolitaine unique chargée de son administration. Elle est plutôt gouvernée par diverses autorités, maires des communes et représentants locaux des ministères, ce qui empêche une construction de la ville comme entité et encourage des négociations sectorielles. Face à ce façonnement des autorités publiques, les entreprises  négocient auprès de chaque acteur et exercent un pouvoir considérable dans la prise de décisions et la constitution de la ville. En outre, même si les disparités socio-économiques restent fortes, les actions de la société civile locales sont très faibles à cause d’un démantèlement des structures associatives pendant la dictature, qui est resté un héritage structurant. Cela a conduit à ce que l’essentiel  des décisions sur la ville soient prises seulement dans le cadre d’une négociation des entreprises et du gouvernement.    

Commenter cet article

Archives

Articles récents